O.N.G. - Extrême-orient(é)

Zentropasie

26 octobre 2011

Zentropa, un coup dans la gueule des préjugés

rgh1319554654l

par Antonio Rapisarda

« Faites l’amour et la guerre ». Vous êtes sur Zentropa. Vous y êtes accueillis par ces mots, hymne à la liberté et à la responsabilité. Soyez tranquille, ce n’est pas un appel aux armes mais une invitation à prendre la vie à bras le corps malgré tout ce qu’elle vous réserve. Certaines fois, c’est le conflit, en particulier contre soi-même.

Mais qu’est ce que Zentropa ? Un site. Vous y êtes presque, car le support est en effet l’internet. Mais véritablement il y a quelque chose de plus.

Au début, on y arrive quasiment par hasard (s’il existe vraiment…). Puis au bout de quelques jours cela devient un rite, une obsession. Pour certains, c’est une bouée de sauvetage ou un bol d’air quotidien. Les graphismes y sont innovants, le lettrage en lui-même se fait design et constitue une volonté de vouloir désacraliser les temples de la société moderne. Zentropa – même si ce n’était pas le but – est devenu un symbole de l’imaginaire « post-contemporain » pour nous. Photos, histoires, anecdotes historiques, porte ouverte sur différentes cultures –contrecultures, sous-cultures, micro-cultures – dénonciations sociales avec un goût pour l’absurde, comme la critique des colifichets d’une société de plus en plus efféminée, portraits d’une société à la dérive, comme ces images de femmes au maquillage exagéré ou ces hommes défigurés par le stress. Un ensemble qui fait penser au tableau de Degas sur l’absinthe.

« Nous voulons susciter le questionnement, semer le doute dans l’esprit des gens, les pousser à s’interroger sur leur mode de vie, sur leur futur, les pousser à refuser la dégradation matérialiste et encourager une révolte intellectuelle et politique. » Voilà ce qu’ils disent d’eux-mêmes. L’esthétique au service de la justice mais pas comme une fin en soi. Qui sont ces gens de Zentropa ? Des internautes ? Des bloggeurs ? Des techno-rebelles ? Ils se définissent simplement comme « archéofuturistes ».

Zentropa est publié en français, en italien, en russe et en anglais. Ce site est une référence pour tous les identitaires du globe, des centres sociaux « popular » d’Uruguay en passant par la lutte culturelle au Québec ou aux confins de l’Orient. « 0% Racisme, 100% identités » est un slogan fondamental pour Zentropa : « Nous avons de l’orgueil pour ce que nous sommes, pour notre culture et notre histoire tout en exprimant en même temps notre rejet des dérives caricaturales et haineuses des idéologies suprématistes et du refus de l’altérité ».

L’Europe, ou mieux l’axe France-Italie, est l’épicentre, le champ des moissons de Zentropa au travers de personnages, des redécouvertes, des concerts, des évènements. Mais le contenu alors ? De Chuck Palahniuk à Brigitte Bardot ; de Sénèque à Drieu la Rochelle, Malaparte ou Bukowski. Du punk aux ballerines, de la culture Straight Edge aux végétaliens, de l’écologie à la religion. En fait c’est une immersion dans la société moderne mais agissant comme un vaccin permettant de prendre une distance. Zentropa est un monde en soi.

Mais à propos, pourquoi Zentropa ? Le nom est une référence au film Europe de Lars Von Trier, le réalisateur aujourd’hui controversé, dans lequel une compagnie ferroviaire transcontinentale allemande nommée zentropa reprend peu à peu son activité au milieu des ruines de la guerre. C’est dans cet esprit que, de Rome à Hong Kong, cette communauté se remet sans arrêt en jeu et maintient en vie ce laboratoire d’idées et de création. Reprenez votre souffle maintenant. Après avoir visité le site, sortez et multipliez-vous en criant « Amour-absinthe-révolution ! ». Vous êtes des fils de Zentropa maintenant.

Posté par ONG Webmastre à 08:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

Poster un commentaire