O.N.G. - Extrême-orient(é)

Zentropasie

20 mai 2014

L'esprit des choses : Le pont

Sans titre

Il signe un paysage aussi sûrement qu’une église ou un château. C’est lui qui structure l’espace, ouvre les voies de circulation et c’est autour de lui qu’est né maint village ou mainte ville. Au début, il fut souvent construit au dessus d’un gué. Sur lui sont passés les Gaulois puis les lourdes légions romaines. Quelques maisons, la forge d’un maréchal ferrant se sont agglutinées autour de lui. Plus que d’autres constructions il a connu batailles et invasions car il constituait (et constitue encore) un enjeu stratégique majeur. Avec l’époque féodale, l’administration s’en est mêlée instituant péages et tonlieux. Le pont, c’est toute une histoire. Fabriquer une cabane, lever de longues pierres ou les empiler ne demande qu’un peu d’ingéniosité et d’organisation; c’est à la portée du premier homme néolithique venu. La construction d’un pont est un travail d’ingénieur. L’empirisme grossier ne suffit plus. La plus primitive des passerelles de bois implique une évaluation de l’épaisseur des planches ou des rondins sur lesquels passeront de lourdes charges. Lors - qu’apparaîtra le pont de pierre, il faudra recourir à la technique de la voûte de plein cintre ou à la voûte surbaissée pour atteindre une portée suffisante.

En Europe, ce seront les Romains, ingénieurs incomparables, qui couvriront leur empire de viaducs et d’aqueducs si solides que la plupart sont parvenus à nous. Le Moyen-Age et la Renaissance verront les ponts se couvrir de maisons et de boutiques comme en témoignent encore le Ponte Vecchio de Florence ou le pont de Rohan à Landerneau. Avec la révolution industrielle vint le temps des grands défis avec l’apparition de l’acier et des ponts titanesques d’Europe, d’Asie ou du Nouveau Monde. Les arches traditionnelles de maçonnerie ont disparu pour ouvrir le chemin au pont suspendu puis au pont à haubans. Jamais l’humanité n’aura autant déployé de savoir-faire et de calculs pour aller d’une rive à une autre. Mais s’agit-il seulement d’aller d’une rive à une autre? Ou plutôt de quelles rives parle-t-on? Simplement des deux côtés d’une rivière ou d’un fleuve? Emprunter un pont n’est pas un acte si insignifiant. Cela veut dire que pendant quelques secondes ou quelques minutes, nous sommes dans un entre-deux qui n’est ni totalement la terre ferme, ni la rivière. Nos ancêtres médiévaux le savaient bien qui faisaient du pont un lieu, sinon de dangers, du moins d’incertitude. C’est ainsi que la légende nous affirme que le pont Valentré, à Cahors, fut construit avec l’aide du diable, lequel se verra duper de la belle manière.

D’autres ponts paraissent encore plus étranges à commencer par le « pont de l’épée » que doit passer Lancelot pour retrouver sa Dame et que nous décrit Chrétien de Troyes: « D’une espee forbie et blanche / Estoit li ponz sor l’eve froide, / Mes l’espee estoit forz et roide / Et avoit deus lances de lonc. » Cette fois, nous voici prévenus: emprunter le pont peut se révéler une épreuve redoutable (que Lancelot passera « a grant poinne et a grant dolor »). De l’autre côté cependant est l’autre monde où Guenièvre est prisonnière. Un pont est mystérieux et nous mène toujours vers une réalité mystérieuse. Il est si mystérieux qu’il ne faut pas moins qu’un prêtre pour l’édifier. Les Romains eurent beau se révéler des maîtres, il leur fallut un prêtre préposé aux ponts: ce fut le « pontifex » (le « faiseur de ponts »), un titre que Jules César n’a pas dédaigné. Est-ce si étonnant que l’évêque de Rome ait repris l’ancienne titulature païenne pour devenir jusqu’à nos jours le Souverain Pontife et que chaque évêque soit pontife en son diocèse? Le pont ne se réduit pas à une banale réalisation humaine: dans sa dimension symbolique voire mystique, il nous conduit à ce que certains appellent le Tout Autre, la seule aventure qui importe vraiment. Et puis Brassens ne nous a-t-il pas chanté: « Il suffit de passer le pont, C’est tout de suite l’aventure! »

 Jean-Michel Diard

Posté par ONG Webmastre à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

Poster un commentaire