O.N.G. - Extrême-orient(é)

Zentropasie

28 novembre 2013

Après la décolonisation, l'Asie a laissé l'Afrique loin derrière elle

4340980621_00f22a464e_z

(Séoul 1957)

En Afrique, la production alimentaire a diminué d'environ 20 % depuis la décolonisation. Avant 1960, l'Afrique exportait de l'huile de palme ; aujourd'hui, elle en importe. Avant 1960, l'Afrique détenait 73 % du commerce mondial des oléagineux ; en 1985, sa part est tombée à 27 %. La production bananière elle-même a été touchée puisque l'Afrique est aujourd'hui quasiment éliminée du marché mondial. Dans chacun de ces exemples, le tournant paraît s'amorcer à partir de 1962-1964. En 1984, l'aide alimentaire fournie à l'Afrique a totalisé 3,6 millions de tonnes de céréales ! L'Afrique est la seule partie du monde où la production alimentaire croît plus lentement que la population. Quoi d'étonnant, dans ces conditions, à ce qu'en 1986, sur les trente-six pays les plus pauvres du monde, vingt-neuf aient été africains ? Dans les années cinquante, on pouvait comparer le niveau de développement du Congo belge (aujourd'hui Zaïre) avec celui des régions les plus pauvres de l'Italie méridionale, et celui du Sénégal avec celui de la Corée du Sud. Actuellement, de telles comparaisons n'ont plus de sens. L'Asie a laissé l'Afrique loin derrière elle, et l'Amérique latine elle-même, en dépit de ses énormes problèmes, est plus développée que le continent noir.

Lugan Bernard - Afrique, l'histoire à l'endroit

Posté par ONG Webmastre à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire