O.N.G. - Extrême-orient(é)

Zentropasie

31 août 2012

Les premiers contacts avec le Timor

Sans titre

La date des premiers contacts entre Timorais et Portugais n’est pas connue avec exactitude, mais elle est postérieure de quelques années à la conquête du sultanat de Malacca sur la péninsule malaise en 1511. À l’époque, les Portugais s’étaient immiscés dans le commerce du bois de santal mené par les Chinois depuis le milieu du XIIIe siècle (Eccles, 2004). Ces contacts commerciaux étaient limités et non-violents. Même à partir des années 1550, lorsque les prêtres dominicains ont commencé à évangéliser les habitants des îles de la Sonde, Timor restait une destination marginale, les Portugais lui préférant l’île voisine de Solor (Oliveira, 2004). En 1613, les Hollandais s’emparèrent pour la première fois du port de Kupang dans la partie occidentale de l’île, où se situait l’implantation portugaise. Les employés de la compagnie des Indes néerlandaises (VOC) dénombrèrent seulement 89 blancs et 450 métis (Durand, 2006 : 87). Cela témoigne du caractère restreint de leur présence dans une île pouvant compter à l’époque plusieurs centaines de milliers d’habitants. En 1642, après avoir obtenu la conversion au catholicisme de plusieurs souverains, les Portugais menèrent leur première vraie opération armée dans l’intérieur des terres. Leurs forces propres n’étaient que de 90 soldats, mais ils obtinrent l’appui de très nombreux guerriers timorais. Ce procédé qui consiste à utiliser les forces de royaumes locaux contre d’autres sera repris et systématisé pendant les guerres coloniales du XIXe siècle. En 1642, les forces timoraises permirent au Portugais de vaincre le royaume de Waiwiku-Wehale. Ce dernier n’était pas, comme il a été parfois écrit, un « empire ». Il disposait néanmoins d’une autorité spirituelle reconnue par plusieurs dizaines d’autres royaumes (Therik, 2004). Cette victoire favorisa à la fois l’accroissement du prestige du Portugal au-delà de ses frontières et la diffusion du catholicisme (Thomaz, 2008 : 396). Les Hollandais, qui accroissaient de leur côté leur emprise sur l’Asie du Sud-Est, s’efforcèrent d’écarter les Portugais de Timor. En 1651, ils s’emparèrent militairement de la ville de Kupang à l’extrémité occidentale de l’île, obligeant les moines dominicains portugais à établir leur base principale dans l’actuelle enclave d’Oecussi-Ambeno. En 1661, pensant stabiliser la situation, les Portugais signèrent un traité avec la compagnie hollandaise. La VOC y reconnaissait la souveraineté du Portugal sur la majeure partie de l’île de Timor, en contrepartie de l’acceptation de la présence néerlandaise à Kupang (Durand, 2002 : 50).

Posté par ONG Webmastre à 14:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

Poster un commentaire