O.N.G. - Extrême-orient(é)

Zentropasie

22 octobre 2011

Survivre à l'effondrement économique : Techno-Explosion

homepage_book_presentation

 

Après l’énième crise cyclique de 2011-2012, le monde reprend sa course à la croissance. Une croissance qui est fortement aidée par la découverte de gisements off-shore au large du Brésil, bien plus vastes que ce que l’on pouvait imaginer. Ce surplus de pétrole bon marché permet de booster l’économie mondiale qui repart à la hausse, malgré une très forte dette des pays occidentaux. La croissance de la Chine et de l’Inde continue son inexorable ascension bien que ces deux pays commencent à subir la concurrence de la productivité bon marché d’autres pays d’Asie du Sud-Est et surtout d’Afrique. Un ouvrier d’une usine de composants électroniques au Congo coûtant dix fois moins qu’un ouvrier chinois, la productivité africaine surpasse rapidement celle de l’Asie !

Les marchés et la finance continuent à s’autogérer sans trop de régulation contraignante et les cycles de création de richesse financière et de bulles spéculatives alternent avec des phases de déclin violent et de volatilisation des valeurs boursières. La population est souvent touchée et si des fortunes colossales peuvent se constituer (en 2016, apparaît le premier trilliardaire en dollars, un Indien, magnat de la finance et des médias), la plupart des épargnants continuent à se faire nettoyer régulièrement. Mais la population globale se préoccupe plutôt des vagues de nouvelles modes globales, de plus en plus technologiques – nouveaux gadgets, nouveaux vêtements intelligents (qui changent de couleur avec l’humeur, qui sont auto-rechargeables ou encore bio-intelligents) – et se lance dans une grande quête d’hédonisme sans entraves. Il faut croire que cette population est heureuse car il n’y quasiment pas de révoltes et le terrorisme est devenu un mauvais souvenir du passé. Les ventes d’antidépresseurs atteignent pourtant des niveaux jamais vus et l’abstentionnisme aux élections est proche des 80%. Les guerres ont pratiquement disparu – à part quelques guérillas chavistes en Amérique latine et quelques razzias dérisoires des fils Ben Laden en Afghanistan.

Selon les tendances observées entre 2010 et 2020, la population de la Terre se stabilisera probablement autour de 10 milliards de personnes vers 2050. La main invisible du marché à fait son travail et, avec les OGM, il y a suffisamment d’eau et de nourriture bon marché et nutritionnellement saine pour que l’ensemble de la population de la planète puisse vivre à sa faim et soit en bonne santé. Cet apport de milliards de nouveau cerveaux sains et enfin dédiés à autre chose qu’à la survie quotidienne permet de lancer un essor économique sans précédent, couplé à une forte croissance de la consommation et du commerce, ce qui fit faire un bond important à la qualité de vie de la civilisation humaine, qui est devenue de plus en plus globale et pacifique grâce à l’interdépendance commerciale entre peuples et nations. Un gouvernement mondial, efficace et responsable se met en place avec Jérusalem comme capitale mondiale et Kissinger-Attali Iers comme co-cyberempereurs (vu leurs grand âges, ils sont essentiellement réduits à deux cerveaux sustentés dans une cuve de liquide amniotique et reliés à un mainframe).

De nouvelles technologies ont permis de réduire significativement la consommation d’électricité et d’énergies fossiles dans les industries, les transports, et les domiciles. La production d’énergie est proche du 100% d’énergies renouvelables. Les catastrophes naturelles des années 2010 n’ont pas entraîné les dégâts que l’on pouvait craindre. Selon les experts et d’après un reportage publié dans la Gazette de Gateway (site web de la station orbitale du même nom), il semble même que les changements climatiques se soient stabilisés par eux-mêmes et n’étaient en réalité qu’une petite phase anormale dans les cycles climatiques longs de la Terre. Alors, que l’humanité se prépare à lancer, dès 2020, ses premières missions de colonisation et d’exploitation minière sur la Lune et sur Mars, il y a toujours des oiseaux de mauvais augure néomalthusiens et des prophètes du déclin qui parlent de l’impossibilité de croître pour toujours dans un univers théoriquement fini. Ils n’ont vraiment rien compris : tout va toujours pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles !

Signature à la librairie Facta, 4 rue de Clichy, 75009 Paris, ce samedi 22 octobre de 14 à 18h de l’ouvrage par son auteur de Piero San Giorgio.

Posté par ONG Webmastre à 09:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires

Poster un commentaire