O.N.G. - Extrême-orient(é)

Zentropasie

30 juin 2009

La secte Aum

secte_aum

Oumu Shinrikyō ou Vérité suprême d'Aum (オウム真理教), est le nom d'une secte terroriste qui était principalement implantée au Japon. Ce groupe est particulièrement connu pour son attaque au gaz sarin dans une rame bondée du métro de Tōkyō en 1995 qui causa douze morts et cinq-mille-cinq-cents blessés. La secte a été créée en 1984 par Shōkō Asahara. Aum ou om̐ est un mot sanskrit signifiant « pouvoir de destruction et de création de l'univers », et shinrikyō signifie « enseignement de la vérité suprême ». C'est une secte d'inspiration hindouiste et bouddhiste.

Le 4 novembre 1989 des membres de la secte enlèvent et assassinent un avocat et sa famille, Tsutsumi Sakamoto,  son épouse et son bébé de quatorze mois. L'avocat représentait un groupe de familles qui avaient porté plainte contre la secte. Le groupe essaie ensuite de pratiquer le bioterrorisme en avril 1990 : la secte équipe trois véhicules pour répandre de la toxine au botulinum. Le premier entre dans Tokyo, répandant le produit, et se dirige vers le parlement japonais. Un autre véhicule devait se diriger vers la ville de Yokohama et la base navale américaine de Yokosuka. Le troisième fut utilisé dans la zone de l'aéroport international de Narita. L'attaque fut un semi-échec.

En 1992, ils tentent en vain de se procurer le virus Ebola au Zaïre. Puis en 1993, ils échouent dans leur tentative de disséminer de l’anthrax du haut d’un immeuble. Dans la nuit du 27 au 28 Juin 1994 ils réussissent un premier attentat au gaz sarin dans la ville de Matsumoto, huit morts, deux cents blessés, car les résidents de la ville s'étaient opposés à la secte. Le 20 mars 1995 c'est l'attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo ; douze morts, cinq mille cinq cents blessés. Le 30 mars 1995 des membres de la secte Aum essayent d'assassiner le chef de la police japonaise qui sera tout de même grièvement blessé de quatre balles. Le 10 octobre 1995 la secte perd son status de "culte reconnu officiellement par au Japon". C'est la faillite, pour un temps seulement.

L'organisation change alors de nom et choisit Aleph (première lettre de l'alphabet hébreu) fin 1999. A partir de janvier 2000, le groupe est placé sous surveillance pour une période de trois ans (pas trop tôt !). En janvier 2003, l'Agence d'investigation de sécurité publique (AISP) obtient l'autorisation de continuer sa surveillance pour une nouvelle durée de trois ans. Shōkō Asahara et plusieurs autres membres de la secte sont condamnés à mort en février 2004 pour l'attentat au gaz sarin de Tokyo. D'après un rapport d'avril 2004, le gouvernement japonais considère que la secte Aum est encore « une menace pour la société ». En janvier 2006, l'AISP reçoit à nouveau l'autorisation de continuer sa surveillance pour trois ans.

En février, la haute cour de Tōkyō reconnait qu'Asahara est mentalement capable de faire sa demande d'appel. Le 15 mars, elle confirme la sentence de peine de mort pour Tomomitsu Niimi, figure centrale de la secte qui avait amené le gaz sarin dans le métro. Le 15 septembre, le recours de Shōkō Asahara est rejeté, puis sa demande d'appel n'est pas prise en compte car déposée hors délai. Le 11 novembre 2008, Shōkō Asahara, toujours en attente de son exécution, demande la révision de son procès. Treize autres anciens membres de la secte Aum ont été condamnés à mort, mais seul Kazuaki Okazaki a pour l'instant été exécuté.

Posté par ONG Webmastre à 15:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire